FAQ SINTEO

Vous trouverez dans cette page les réponses aux questions les plus fréquemment posées à Sinteo.

FAQ

1. Quelles sont les missions du consultant en maîtrise de l’énergie ?

Il définit et analyse d’abord les besoins du client. Pour cela, il collecte les informations nécessaires sur les caractéristiques techniques du bâtiment, ses contraintes d’activité et ses dépenses énergétiques. De là, il réalise un bilan énergétique du site, ainsi que sa simulation thermique dynamique afin de cartographier son comportement énergétique et de lister les leviers d'amélioration permettant d’obtenir un maximum de confort et d’économies. Enfin, le consultant détermine les économies réalisables ainsi que les investissements nécessaires. De cette manière, le consultant propose un plan d’action concret et chiffré.

 

2. Combien de temps dure un audit énergétique ?

Selon la taille du bâtiment et la disponibilité des informations techniques, un audit énergétique global dure entre 3 et 8 semaines.

 

3. Utilisez-vous vos propres appareils de mesures ?

OUI. Sinteo dispose d’un ensemble d’outils de mesure performants permettant de réaliser des relevés statiques et des campagnes sur plusieurs jours. Sont suivis : les consommations électriques, les températures, l'hygrométrie, les débits d’air, l'éclairement…

 

4. L’audit a-t-il un impact sur l’activité ?

NON. Les  campagnes de mesures ne perturbent pas l’activité des occupants.

 

5. Qui prend en charges les démarches de demande des subventions ?

SINTEO. Selon les régions, les aides de l’ADEME, du Conseil Régional, du Fond Chaleur, des CCI peuvent couvrir jusqu’à 80% du montant des missions d’aide à la décision. Maximiser ses subventions suppose une connaissance de l’ensemble des dispositifs, de se conformer aux cahiers des charges et de respecter les procédures administratives. Les consultants Sinteo prennent en charge l’ensemble des démarches.

 

6. Existe-t-il une qualification des experts énergétiques ?

NON MAIS. Des démarches de définition d’une certification de la profession d’ « energy expert manager » sont en cours au niveau Européen. Sinteo participe au comité Français. Pour l’instant, l’accompagnement de l’ADEME est un critère discriminant de qualité. Pour plus d’informations sur le niveau de qualité des experts de Sinteo, n’hésitez pas à contacter l’ADEME.

 

7. Quel type de clients fait appel à vous et quelles sont leurs motivations ?

Aujourd’hui, 60 % de nos clients sont dans le tertiaire privé et 40 % dans le public et l’industrie légère. En effet, nous nous adressons essentiellement à des gestionnaires d’actifs : banques, assurances ainsi que des sociétés de gestion immobilières et gestion de fonds immobiliers. La motivation des clients est triple : une motivation « directe » pour la mise en oeuvre de solutions avec économies immédiates ; une motivation « réglementaire » face aux exigences existantes et aux lois « grenelle » ; et enfin une motivation « indirecte » avec des entreprises qui pour des besoins sociétaux, d’image et/ou de communication souhaitent travailler sur le développement durable.

 

8. Quels types d’équipements contribuent aux économies d’énergie et à la performance énergétique ?

On peut considérer que la performance énergétique d’un bâtiment dépend principalement de quatre facteurs : la qualité intrinsèque du bâtiment et de ses équipements techniques, la régulation des systèmes, le comportement des occupants et enfin une part incompressible de consommations, inhérente à l’existence même de celui-ci. Les actions d’efficacité énergétique s’intéressent à la réduction de l’impact de ces 3 premiers facteurs, le recours à des conceptions bioclimatiques, ou à des énergies renouvelables permet ensuite de limiter, voire de compenser les consommations énergétiques résiduelles.

Par expérience, on considère que l’amélioration du comportement des occupants couplée avec une bonne gestion des équipements peut entrainer jusqu’à 40% d’économies d’énergie. Les solutions d’efficacité énergétique sont multiples, souvent complémentaires, mais ne sont jamais connues d’avance. Celles que l’on retrouve régulièrement dans les plans d’actions concernent sans surprise les consommations de chauffage, climatisation et ventilation (55% des consommations totales dans des immeubles de bureaux), comme

la récupération de chaleur sur l’air extrait, le recours à une isolation « intelligente » ou la technologie de VEV sur les moteurs des ventilateurs ou des pompes de circulation.

Nous préconisons aussi l’usage des batteries de condensateurs qui représentent un réel levier économique. Ainsi, en 2009, les études énergétiques menées par SINTEO ont permis d’identifier des solutions permettant plus de 8,3 GWh (soit 1 800 teqCO2 / an) d’économies annuelles pour nos clients.

 

9. Est-il vraiment intéressant d'installer sur mon site des énergies renouvelables ?

La question est vaste car plusieurs facteurs entrent en jeu. Tout d'abord, il faut juger de l'opportunité. En effet, il est peut être inutile de s'acharner à vouloir implanter des panneaux solaires, par exemple, sur un bâtiment mal orienté ou dans une zone mal exposée.

Ensuite, c'est une affaire de conviction car, souvent, les temps de retour sur investissement, aides et subventions comprises, sont assez longs (grandes différences selon les énergies renouvelables considérées).

Enfin, il faut noter que l'implantation d'énergies nouvelles est une bonne façon de diversifier ses approvisionnements énergétiques et de pouvoir pallier le cas échéant une défaillance du réseau (cas récents en Californie, en Italie). Ainsi, si vous n'avez pas en tête qu'un simple retour sur investissement court terme et si vous respectez bien les étapes nécessaires d'étude d'opportunité, d'étude technico-économique puis de montage du dossier et d'implantation, alors oui il peut être vraiment intéressant de mettre en place un système de production décentralisée. En découleront alors plusieurs avantages : intérêt économique (moyen terme le plus souvent), diversification de l'approvisionnement énergétique, respect de l'environnement et possibilité de communiquer autour de cela.

 

10. Qui a inventé le concept de développement durable ?

Le concept de développement durable a été lancé en 1987 à travers le célèbre Rapport Brundtland de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs »

En français, on emploie aussi le terme de développement « soutenable ».

Certains experts qualifient l'expression « développement durable » d'oxymoron philosophique puisque la notion de développement semble par essence infinie alors qu'il s'appuie sur des ressources qui sont par nature finies.

 

11. Qu'est ce que l'effet de serre ?

L'atmosphère joue le rôle d'une sorte de serre qui retient sur terre la chaleur du soleil. Sans effet de serre, la température de la planète serait de moins 20°C. Les gaz à effet de serre (GES) sont les gaz contenus dans l'atmosphère qui lui confère cette propriété :

 

•La vapeur d'eau (H2O),

•Le dioxyde de carbone (CO2)

•Le méthane (CH4)

•Les oxydes d'azote (NO et N2O)

•Les C.F.C. (chlorofluorocarbones)

•SF6

•PFC

 

12. Qu'est ce qu'une énergie fossile ?

L'énergie fossile représente l'énergie que l'on produit à partir de roches issues de la fossilisation des êtres vivants : pétrole, gaz naturel et charbon. Elles proviennent de la forêt, des animaux et des micro-organismes préhistoriques qui se sont décomposés au fil du temps.

 

13. Pourquoi devrais-je faire du suivi d'exploitation de mes installations ?

Même si vous avez confié l'exploitation de vos installations à un tiers, suivre les consommations d'énergies, l'exploitation et l'entretien-maintenance de ces installations comporte plusieurs avantages : surveillance du respect des engagements de l'exploitant, suivi régulier des installations et des consommations, maintenance préventive et prédictive, ...

 

14. Les prix de l'électricité sont-ils totalement libres ?

En fait, si l'on met de côté les taxes, le prix du kWh électrique est divisé en deux parties : le prix de l'électricité (production, fourniture) et le prix de l'acheminement (transport, distribution). Seul le premier est libre et donc soumis à concurrence tandis que le second reste administré et les règles de calcul des tarifs d'acheminement sont publiées par décret.

 

15- Quels sont vos liens avec les fabricants de matériels que vous êtes amenés à prescrire ?

Nos prescriptions sont strictement justifiées d’un point de vue « économie d’énergie » et chiffrées en fonction des données recueillies auprès de fournisseurs tiers de manière transparente.

 

16- Pourquoi réaliser son expertise Carbone© avec Sinteo ?

Sinteo est en mesure de vous assister sur l’ensemble de la chaîne de valeur du carbone : AMO bas-carbone, Bilan Carbone©, calculateurs carbone, Analyses de Cycle de Vie, Compensation Carbone...

Egalement experts du bâtiment et de l’efficacité énergétique, nous faisons profiter nos clients de l’expertise pluridisciplinaire de nos consultants En effet, loin d’être isolées dans leurs spécialités, nos équipes interagissent pour vous proposer la mise en œuvre de plans d’actions opérationnels et à haute valeur ajoutée technique.

Et, comme tout cabinet jeune, Sinteo offre une flexibilité et une réactivité inégalées.

 

17 - Comment calcule-t-on les émissions de CO2 d’une organisation ?

Le principe est assez simple, l’application l’est moins ! Un Bilan Carbone© consiste à collecter un ensemble de données portant sur les postes d’émission d’une organisation ou d’un produit (énergie, intrants, futurs emballages, fret,  déplacements, déchets directs, immobilisations). Ces données sont ensuites « traduites » en équivalent carbone par l’application d’un facteur d’émission. Mais, ces facteurs d’émissions sont parfois imprécis ou simplement inexistants, et nécessitent alors un travail de reconstitution pour établir un bilan et un potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre pertinents. 

 

18- A quelles aides ai-je droit lorsque je réalise un audit énergétique en Ile de France ?

•   Si vous êtes une entreprise privée ?

§  L’ADEME subventionne 50 % du coût de l’étude.

•   Si vous êtes une collectivité SEM, une entreprise ou un établissement public, un bailleur social ou un syndic de copropriété ?

§  L’ADEME subventionne 25 % du coût d’étude ;

§  Le conseil régional peut subventionner jusqu’à 40 % de l’étude.